Lac Titicaca

Lac Titicaca - Le Lac sacré des Incas

Lac Titicaca - position et caractéristique géographique

Le lac Titicaca légendaire par son histoire est situé entre le Pérou et la Bolivie à une hauteur de 3 809 mètres au-dessus du niveau de la mer, il est le lac d'eau douce le plus au haut du monde. Illuminé par un soleil ardent et encerclé par de hautes montagnes, le lac Titicaca est une véritable mer intérieure, ses dimensions sont d'environ 210 kilomètres de long contre 110 kilomètres de large, ce qui lui donne une superficie de 8 3OO kilomètres carrés. Il est si grand qu'il connait des marées quotidiennes qui atteignent une amplitude de 0,80 mètre. Le lac Titicaca est formé de deux lacs, le Chuquito et l'Ingavi, communiquant entre eux par le détroit de Tiquina large de 800 mètres. La profondeur moyenne du lac Titicaca est de 250 mètres pour une profondeur maximale de 280 mètres, mais on compte de nombreux abîmes de plus de 500 mètres de profondeur en particulier dans le détroit de Tiquina.

Lac Titicaca - formation

Le lac Titicaca est ce qui subsiste de l'immense lac Ballivian, dont les eaux s'étendaient jusqu'au lac Poopô et au Salar d'Uyuri en Bolivie actuelle. À l'ère quaternaire, dans la cordillère des Andes, un immense lac se forme. Il est composé de deux parties : au nord, le lac Ballivian, et au sud, le lac Minchin. Peu profond et grand comme trois fois et demie la Suisse, il recouvre d'immenses vallées, l'Altiplano péruvien et bolivien actuel. Les millénaires passent, la terre se réchauffe, l'humidité diminue. En effet, au cours des siècles, le lac Ballivian c'est peu à peu asséché à cause des changements de température, tant et si bien qu’aujourd'hui le lac Poopô est lui-même presque asséché au milieu d'un vaste désert argileux et que le Salar d'Uyuri n'est plus qu'une étendue de 9000 k² de terre attristée, devenue le plus grand "Salar" des Andes en raison des dépôts de sel qui tapissent sa surface. Aujourd'hui, à l'emplacement du lac Minchin, on trouve le lac Poopó. Un lac en voie d'assèchement, ou le sable remplace l'eau peu à peu. Au Sud du lac Poopó s'étend le lac Salar d'Uyuni. Un lac blanc de sel pur, qui s'étend sur les deux fois de la superficie du lac Léman (Genève) soit 1200 kilomètres carrés. La couche de sel varie de deux à huit mètres d'épaisseur, sous la-quel un précieux métal, le lithium, excite la convoitise des hommes. La partie nord du lac quaternaire, le lac Ballivian, située à la frontière du Pérou et de la Bolivie est connue sous le nom de lac Titicaca.
 

Lac Titicaca : microclimat

Titicaca est alimenté par les rivières de la région (la Pucara, à partir du petit lac d'Arapa au Nord, la Ilave au centre-Ouest, la Pallina au Sud ainsi qu'au moins une huitaine d'autres) et par les pluies abondantes des mois de janvier, février et mars. Cependant depuis plusieurs années, on constate l'abaissement de son niveau. Chaque jour, l'eau très légèrement salée qui s'évapore pourrait alimenter une ville de 100 000 habitants. L’été de décembre à mars la température est clémente et relativement régulière. Le jour le thermomètre varie entre 17 et 25°C la nuit entre 10 et 15°C. L'eau du lac, elle, reste constante entre 12 et 15°C. En hiver, de juin à aout, le ciel est très souvent bleu, la température est de 17 à 25°C au soleil, et de 12 à 18°C à l'ombre. La nuit le thermomètre peut descendre en dessous de 0°C. La température du lac varie entre 5 et 10°C. Cependant, il arrive que les bords du lac soient gelés. Le lac, par son effet de régulateur thermique, offre aux Iles un microclimat favorable aux cultures. Son eau se refroidit et se réchauffe plus lentement que les terres avoisinantes, réduisant ainsi les importants écarts de température entre le jour et la nuit. Ses caractéristiques permettent aux Indiens et populations locales de cultiver des espèces végétales, telles que le maïs qui normalement ne pousse pas à cette altitude.

Lac Titicaca : et ses îles

Parmi les 36 îles du lac Titicaca les trois plus importantes sont celles de Suriki de la Lune et du Soleil.

  • Lille de Suriki, situé à mi-chemin entre La Paz et le détroit de Tiquina, est un lieu touristique qui doit ça renommé à la fabrication de l’embarcation traditionnelle en roseau, les "Balsas de Tortora".
  • L'ile de la Lune, Coati, sur laque se trouve le palais des Vierges du soleil, Inak Uyu-Ajilahuasi qui est sans doute le monument inca le plus imposant de tous ceux qui subsistent sur les îles au bord du lac
  • L’ile du Soleil, la plus importante des îles du lac Titicaca, est considérée comme le berceau de l'Empire inca et classé aujourd'hui comme un site archéologique. L’île est composée d'un énorme rocher appeler Titi-kala, où l'on rencontre des ruines d'une bâtisse construite au 15e siècle sous le règne de Tupac Yupanqui.
  • Les îles de la Lune et du soleil sont accessibles de Copacabana où il est très simple de louer des barques à rames ou motoriser.
  • Il existe aussi une quarantaine d'iles appelée Uros, des iles qui flottent sur les eaux du lac Titicaca. Elles sont composées de l'enchevêtrement dense de plantes lacustres assez résistantes appeler "tortora". Poser le pied sur une de ces îles donne la curieuse impression de marcher sur un lit d'eau. Ces iles Uros, sont pour la plupart occuper et construite par les descendants des Amérindiens Uros, peuple obscur dont on sait peu de choses (une légende raconte que de leur veine coulaient du sang noir). Cette plante lacustre, "la tortora", sert également pour la fabrication de leur maison, pour le tissage et de substratum où les Insulaires peuvent jardiner. En raison des visites répétées des curieux et autres visiteurs, ces îles et iles maison Uros sont dépourvues de toute authenticité.
  • L'île de la Taquille, située à quatre heures de la jetée de Puno ; l’île de la Taquille (l'île des tisserands) s'étend sur 11 km² et est l’île la plus communément visitée du côté Péruvien. À son sommet un panorama magnifique avec partout des montagnes à l'horizon.
  • L'île d'Amantani, coté Péruvien, sise également à plus grande distance de Puno que de Taquille. L’île d'Amantani est moins visitée par les voyageurs sans doute en raison de son éloignement.
  • L’île d'Amantani est une île pittoresque et dépaysante, car contrairement aux îles Uros, Amantani n'est pas encore victime des affluâtes touristique. Elle abrite simplement quelques sites archéologiques qui lui sont propres.

Lac Titicaca : légende inca et "Puma de pierre"

"Puma de pierre" autrement dit Titijaja. Pourquoi les Indiens aymaras ont-ils donné un tel nom à ce lac ?
Vers l'an 1 200, les Indiens quechuas pénètrent dans la région. Ils sortent vainqueurs de la guerre qui les oppose aux Aymaras. Le lac Titijaja s'appelle désormais Titikaka. Ce qui a la même signification qu'en Aymaras, c'est-à-dire "puma de pierre". Le 15 novembre 1 532 à la tête de ses troupes, l'Espagnol Francisco Pizarro fait prisonnier Atahualpa, le dernier empereur inca c'est la chute de l'empire. Trois ans plus tard, à la recherche des mines d'or de la région, les conquistadores découvrent le Lac. Il ignore le sens du mot Titicaca, mais il conserve cette appellation. Beaucoup plus récemment, en 1 973, le satellite américain Gemini photographie la terre et le lac depuis l'Est. L’étude de ces photographies montre une chose extraordinaire. En effet, vu de ce côté le lac Titicaca a la forme d'un Puma attrapant une proie (un lièvre). Une image figée comme une pierre. Est la véritable explication de ce nom ? Et, si tel est le cas, comment les Indiens Aymaras ont-ils pu voir cette forme ? Certains prétendent que le Yahé, une herbe hallucinogène, aurait permis aux chamans Aymaras d'élever leurs esprits et de voir ainsi le lac, depuis le ciel. Manco Capac, le premier Inca, et sa sœur épouse Mama ocllo sont sortis des eaux du lac Titicaca. Manco Capac tenait dans sa main un sceptre d'or. Pachatata, leur père, le dieu-soleil, leur confia une mission : crée la capitale du futur Empire inca. Pour cela, Manco Capac et Mama Ocllo devaient trouver l'endroit ou la terre engloutirait le sceptre d'or. Ils ont marché longtemps, longtemps. Ils ont essayé maintes et maintes fois de planter le sceptre d'or, mais sans aucun succès. Un beau jour, ils sont arrivés dans une vallée verdoyante entourée de montagnes, au cœur de la cordillère des Andes, à 3 500 mètres d'altitude. Ils ont effectué un nouvel essai, et là, le sceptre a disparu dans les entrailles de la Terre. Ainsi fut fondée Cuzco, le «nombril du monde" en langue quechua.

Lac Titicaca : faunes et flores

Outre ces spécimens propres à la région, le lac Titicaca abrite de nombreuses espèces qui tendent malheureusement à disparaitre depuis l'introduction de la truite (Salmonidé de grande taille) trop vorace pour la population de poissons indigène. Le commandant Cousteau découvrit lors de ses explorations vers le détroit de Tiquina une espèce de grenouilles géantes de plus de cinquante centimètres de long, et dont la mutation biologique n'est semble-t-il pas encore achevée. La faune piscicole du lac Titicaca est composée d’espèces endémiques de l’Altiplano et d’espèces introduites. Les espèces endémiques comprennent une vingtaine d’espèces du genre Oresiias (Orestiinae, Cyprinodontidae) souvent difficiles à identifier et une ou deux espèces du genre Trichomycterus (Trichomycteridae ou Pygidiidae). Les lieux d’origine et les dates d’introduction des espèces introduites sont indiqués par EVERETT (1973) et surtout par BUSTAMANTE et TREVINO (1980). Basilichthys bonariensis, originaire d’Argentine, a été introduit, en 1946 dans le lac Poopo, lac bolivien situé au sud du lac Titicaca, à partir duquel cet Atherinidae s’est répandu par l’intermédiaire du Rio Desaguadero dans tout le bassin. 11 espèces seraient parvenues dans le lac Titicaca lui-même en 1956. Salmo gairdneri (truite arc-en-ciel) est arrivé du Chili en 1941 ou 1942. Salmo trutta (truite européenne), introduit en 1940 en provenance également du Chili s’est bien adapté dans la rivière Ilave, affluent de la rive occidentale du lac. Salvelinus namaycush et S. fongnalis sont venus tous deux d’Amérique du Nord, le premier en 1941, le second en 1955. On ne sait pas si elles subsistent, encore dans la région. La faune du lac Titicaca est donc une faune pauvre comprenant environ 25 espèces pour 8 500 km”. Sur ces 25 espèces, deux sont pêchées régulièrement et en abondance, Oresiias agassii, qui dépasse rarement 50 g et Basilichthys bonariensis dont nous avons observé des exemplaires atteignant 1,5 kg. Salmo gairdneri, a été exploité assez intensément, jusqu’à 500 tonnes en 1965 pour tout le lac Titicaca, mais la pêche a décliné rapidement ensuite. L'espèce est actuellement devenue rare dans les eaux boliviennes et l’exploitation s’oriente vers des élevages en cages flottantes. Quelques autres espèces d’Orestias jouent un certain rôle dans l’alimentation humaine ou porcine : Orestias pentlandii (boga), 0. ispi (ispi), 0. luteus, 0. olivaceus.

Voir aussi - (externe)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 25/03/2016

France-animaux.org vous souhaite la bienvenue !

France-animaux.org regroupe plus de 2580 espèces et taxons inférieurs classés parmi plus de 410 taxons supérieurs.