Farlowella acus

Farlowella acus - (Kner, 1853) - (Loricariidae) - Poisson-ventouse-phasme, poisson-chat-brindille

Loricariidae - (famille)

La famille des Loricariidae est la plus vaste famille des Siluriformes. Ils se caractérisent notamment par : un corps qui est relativement allongé et comprimé et recouvert de 5 rangées de plaques osseuses. Leurs bouches ventrales, à généralement la forme d'une ventouse avec une seule paire de barbillons rictaux et avec la lèvre inférieure couverte de papilles. Le premier rayon des nageoires paires est une épine flexible. Les Loricariidae sont endémiques de l'Amérique du Sud et de l'Amérique centrale et se rencontre en eau douce, certains en eau saumâtre. Les Loricariidae regroupent plus de 650 espèces réparties en 88 genres et 6 sous-familles (2010) : les Ancistrinae (24 genres dont 7 présents en Guyane : Ancistrus, Hemiancistrus, Lasiancistrus, Lithoxus, Panaque, Pseudacanthicus et Pseudancistrus) ; les Hypostominae (18 genres, dont 1 présent en Guyane : Hypostomus) ; les Loricariinae (35 genres dont 8 présents en Guyane : Cteniloricaria, Farlowella, Harttia, Harttiella, Hemiodonthichtys, Loricaria, Metaloricaria et Rineloricaria) ; les Hipoptopomatinae (12 genres dont 2 en Guyane : Otocinclus et un genre inconnu) ; les Lithogeneinae (sous-famille absente de Guyane) et les Neoplecostominae (1 genre avec notamment Neoplecostomus granosus citée de Cayenne, mais apparemment jamais recapturée depuis sa description).

Farlowella - (genre)

Le genre Farlowella (Eigenmann and Eigenmann, 1889) fait partie de la tribu des Farlowellini, tribu à laquelle appartient également le genre Aposturisoma. Les Farlowellini se caractérisent notamment par : un corps cylindrique et allongé, des nageoires anales et dorsales ayant leurs origines aux mêmes niveaux. Des plaques osseuses prédorsales nombreuses (7 à 10), un rostre allongé, une nageoire dorsale possédant 5 rayons branchus et des nageoires courtes. Le genre Farlowella se différencie principalement, par une lèvre plus courte et des dents moins nombreuses que chez Aposturisoma. Le genre Farlowella regroupe environ 25 espèces dont 2 (et une éventuelle troisième) sont présentes dans les rivières de la Guyane française (Farlowella rugosa et Farlowella reticulata). Farlowella rugosa est endémique de la rivière Maroni en Guyane et Guyana, présente également dans l'Essequibo (Guyana) et dans la rivière et le bassin du Corantijn au Suriname. Farlowella reticulata est endémique des trois Guyanes et se rencontre dans la rivière Maroni, se rencontre également dans les rivières Esséquibo, Mana, Approuague et Oyapock. Il est possible qu'une espèce proche ou sous-espèce soit présente dans le cours d'eau du Maroni. Mais selon certain collecteur en milieux naturels, cette éventuelle troisième espère fut que très rarement péché, ou serais simplement des cas de spécimens isolés ne prouvant nullement l'existence d'une réelle troisièmes espèces.

Spécimens en captivité

Répartition géographique

Farloxalla acus est une espèce endémique de l'Amérique du Sud, qui ne se rencontre nulle part ailleurs. En effet, ce loricariidae peuple les eaux douces du Venezuela dans le bassin Valencia dans le lac et la rivière Torito.

Taille

Farlowella acus mesure une taille maximale d'environ 16 centimètres.

Description

Les Farlowella sont des poissons au corps qui est relativement allongé et comprimé et recouvert de 5 rangées de plaques osseuses. Leurs bouches ventrales à la forme d'une ventouse avec une seule paire de barbillons rictaux et avec la lèvre inférieure couverte de papilles. Farlowella acus possède une coloration lui permettant de se fondre parfaitement avec le substrat de son habitat. La nageoire caudale possède deux lobes se terminant chacun par un filament, parfois assez long.

Dimorphisme

Les femelles possèdent comme la plupart des autres espèces de loricariidae un ventre plus rebondi, surtout lorsqu'elles sont gravides et prêtes à pondre.

Spécimens en aquarium

Maintenance

Les Farlowella peuplent principalement les petites criques de forêts de 2 à 8 mètres de large et de 0,5 à 2 mètres de profondeur, aux fonds sableux avec une eau courante. Cette espèce possède des caractéristiques morphologiques et comportementales lui permettant d'imiter et de se fondre parfaitement avec les racines, bout de bois ou autres brindilles qui ornent son habitat, un peu à la manière du phasme chez les insectes. Dans leurs milieux et de manière générale, pendant la journée, les Farlowella n'ont pas de grandes activités et restent enfouis dans les anfractuosités des branches, tronc et racines de leurs habitats. Ce sont des espèces qui ne s'exposent que rarement à de fortes luminosités. En aquarium et comme les autres espèces du genre, Farlowella acus est dite assez fragile et donc souvent difficile à maintenir. Cependant, dans un aquarium ou toutes les caractéristiques physico-chimiques adéquates sont réunies, les Farlowella et de manière générale sont des espèces très agréables à maintenir et observer.

Alimentation

Farlowella acus et autres espèce du genre se nourrissent de périphyton et des organismes associés ainsi que des algues qui recouvrent les plantes et racines (également des vitres en aquarium). En aquarium, une bonne alimentation adaptée est un facteur déterminant pour la bonne maintenance de ces espèces. Le périphyton est un mélange complexe d'algues, de cyanobactéries et de détritus. Il en va donc de choisir au mieux des nourritures se rapprochant au maximum de ces données, de manière à optimiser une bonne alimentation et une maintenance adéquate. Alterner plusieurs fois par mois, diverses nourritures telles que des pastilles de fond pour loricariidae, des petites proies vivantes et autres nourritures adapter, est recommandé pour éviter toute carence.

Reproduction

Les Farlowella sont des pondeurs sur substrat et c'est le mâle qui garde les oeufs et larves. En aquarium, le couple chois une surface plane, le plus souvent une vitre qui servira de nid pour la reproduction. La femelle pond une certaine quantité d'oeufs adhésifs, qui seront uniquement gardés et couvés par le mâle, pendant une période d'environ une dizaine de jours. Ce dernier les ventile et au besoin, au moment de l'éclosion, aide les jeunes à se défèrent de leurs coquilles. Il n'est pas rare en aquarium de voir le genre Farlowella se reproduire directement sur une vitre du bac.

  • Paragraphe reporté sur Wikipédia, de mon propre travail :

Cette espèce de Loricariidae est un pondeur d’œufs adhésif. En effet, le couple nettoie une paroi où la femelle pond ses œufs et sont ensuite directement fécondée par le mâle. C’est généralement dans un environnement nocturne ou matinal que la ponte a lieu. La femelle dépose de petites rangées d’œufs parfois en petites grappes, et l'opération se répète plusieurs fois. Chacun leur tour, femelle et mâle frétillent sur le site de ponte choisi afin de déposer les œufs ou de les féconder. L'opération se répète plusieurs fois jusqu'à la ponte et fécondation totale des œufs. La ponte terminée regroupe entre 40 et 80 œufs. Ses derniers possèdent un développement assez rapide et facilement observable à travers la coquille transparente. Ainsi l'évolution tout au long de leur développement, la formation progressive du corps ou de la tête, mais surtout de leurs gros yeux d'alevins ait aisément admirable. Tout au long de l’incubation, d’une durée comprise entre 6 et 10 jours – la température de l’eau influant grandement - le mâle les ventile, principalement avec sa bouche, en soufflant de l’eau, mais également avec ses nageoires pectorales. À l’éclosion - parfois aidé par le mâle à sortir de leur membrane - les jeunes larves vont très vite être autonomes et se mettre à rechercher de la nourriture, toutes sortes de matières organiques. Toutes les plantes de leur habitat, algues, souches (racines), ou micro-bactéries. En captivité, un apport de verdure est vivement conseillé comme notamment du concombre, des pois écrasés, de la salade vert type laitue, de la courgette. La nourriture lyophilisée traditionnelle des magasins spécialisés est vivement conseillée, principalement afin d’offrir à leur croissance une plus grande diversité de vitamine adaptée.

Plus de vidéo - (Youtube)

Statut IUCN - (RedList)

Non répertorié - (voir sur IUCN)

Voir aussi - (externe)

Spécimens en aquarium

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Greg
  • 1. Greg | 17/02/2016
Bonjour a ma connaissance le farlowella ne pond pas en caverne ou anfractuosité
Il pond sur surface plane ( vitre) dans le courant de l'eau...
cedricguppy
  • cedricguppy | 17/02/2016
Oui en effet, c'est une stupide erreur de relecteur, merci.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 31/12/2017

France-animaux.org vous souhaite la bienvenue !

France-animaux.org regroupe plus de 2500 espèces et taxons inférieurs classés parmi plus de 400 taxons supérieurs.