Pangasianodon gigas

Pangasianodon gigas - Chevey, 1931 - (Pangasiidae) - Poisson-chat géant du Mékong, silure de verre géant

Synonymes

  • Pangasianodon gigas - Chevey, 1931
  • Pangasius gigas - (Chevey, 1931)
  • Pangasius paucidens - Fang & Chaux, 1949
  • Helicophagus hypophthalmus - (non Sauvage, 1878)

Pangasiidae - (famille)

Les Pangasiidae appartiennent à l'Ordre des Siluriformes et regroupent environ 27 espèces de "poissons-chats" toutes endémiques de l'Asie du Sud, du Pakistan à Bornéo en passant par le Mékong et son bassin. Cette famille se caractérise notamment par : la présence, généralement, de deux paires de barbillons, une paire au niveau du menton et une seconde au niveau des nasaux ; un corps compressé latéralement, une petite nageoire adipeuse en arrière et bien distincte de la nageoire dorsale, cette dernière possédant le premier, parfois les deux premiers rayons durs et cinq à sept rayons mous. Toutes les espèces de la famille des Pangasiidae se rencontrent en eau douce, parfois en eau saumâtre, mais jamais en eau de mer. Les plus grands spécimens mesurent une taille géante d'environ trois mètres pour un poids de 300 kg (Pangasianodon gigas).

Pangasianodon - (genre)

Le genre Pangasianodon fait partie de la famille des Pangasiidae. Le genre Pangasianodon regroupe des poissons qui sont endémiques de l'Asie et dont la plus grande espèce (espèce citée) Pangasianodon gigas, est endémique du bassin et du fleuve du Mékong. Le genre Pangasianodon regroupe 2 espèces distinctes :

  • Pangasianodon gigas - Chevey, 1931
  • Pangasianodon hypophthalmus - Sauvage, 1878

Répartition géographique

Pangasianodon gigas est une espèce de Pagasiidae endémique de l'Asie dans le bassin du Mékong, au Cambodge, au Laos, en Thaïlande, au Viet Nam et peut-être également à Myanmar (Birmanie). Autrefois, signaler du delta du Mékong, mais plus aujourd'hui. Il semble que l'espèce soit plus répandue dans les deux tiers sud du bassin du Mékong, ne remontant pas sur les 2 000 km les plus au nord (partie appartenant majoritairement à la Chine). Localisé également dans le lac Tonlé Sap, dernier endroit ou les effectifs semblent appréciables et la rivière du même nom Tonlé Sap au Cambodge. L'aire de répartition de Pangasianodon gigas s'étend sur environ 4 150 km², du lac Tonlé Sap au Cambodge jusqu'aux 2 000 km après la source du Mékong au Nord, au sud de la province du Yunnan en Chine. Pangasianodon gigas commence cependant à être vraiment très rare, du fait de la surexploitation et de la perte de son habitat, qui va en s'accélérant dramatiquement pour l'espèce.

Taille

Pangasianodon gigas mesure une taille maximale d'environ 3 mètres pour un poids de 300 kg. Quelques spécimens records un peu plus grands ont toutefois été pécher à plusieurs reprises (environ 350 kg). Pangasianodon gigas est une espèce citée dans le livre Guinness des records comme le plus grand poisson d'eau douce au monde. Les femelles Pangasianodon gigas quant à elle restent un peu plus petites que les mâles avec une taille moyenne d'environ 2,60 mètres.

Description

Pangasianodon gigas possède un corps aplati latéralement avec sur la nageoire dorsale, 2 rayons durs et 7 à 8 rayons mous ; les narines postérieures et intérieures assez rapprochées ; présence de barbillons maxillaires et mandibulaires, mais mandibulaires rudimentaires chez les spécimens subadultes et adultes et très développés chez les juvéniles ; une taille gigantesque avec des dents orales et des branchicténies chez les juvéniles, jusqu'à une taille comprise entre 30 et 50 centimètres. Pangasianodon gigas se distingue des autres grandes espèces de Pangassiidae et autres poissons-chats du Mékong par un manque de dents et la quasi-inexistence des barbillons à l'âge adulte. Pangasianodon gigas possède un fond de coloration argentée sans rayure chez l'adulte avec les nageoires grises, jamais totalement sombre (noir).

Dimorphisme

Pangasianodon gigas mâle possède une taille maximale plus grande que la femelle à l'âge adulte (environ 3 mètres contre 2,60 mètres pour la femelle) et possède de ce fait un aspect plus robuste.

Maintenance

Pangasianodon gigas est une espèce géante et donc à maintenir dans de très, très grands volumes. C'est une espèce principalement réservée en captivité, aux Musées et autres aquariums publics possédants de véritables piscines géantes ou aux aquacultures pouvant offrir à leurs pensionnaires des volumes taillés directement dans la nature à l'aide de digues et petits barrages artificiels. Pangasianodon gigas se maintient dans une eau légèrement acide à neutre, comprise entre 6 et 7 (neutre) de ph et en compagnie d'espèces provenant des mêmes habitats.

Alimentation

Pangasianodon gigas est détritivore/végétarien et alguivore, carnivore occasionnel, particulièrement en captivité et en aquarium. Il se nourrit donc dans son milieu naturel de détritus et d'algues qui recouvrent les fonds de son habitat et de végétations, accessoirement de carné, principalement en captivité. Pangasianodon gigas sera nourri en aquarium et captivité, de plantes, de courgette, de concombre ou autres alimentations végétariennes, accessoirement de carné comme des éperlans et petites fritures ou autres calmars, crevettes et petits poissons. Cibler bien évidemment une alimentation végétarienne (80/20%). Varier les nourritures de manière à éviter toutes carences.

Reproduction

Pangasianodon gigas est un pondeur d'oeuf coulant, une espèce migratrice dans son milieu et qui se reproduit de façon saisonnière. En effet, Pangasianodon gigas migre en période de reproduction, d’octobre à décembre, dans les larges et les plus larges segments du Mékong pour pondre des oeufs coulants qui se disperseront dans les "frayères". Pangasianodon gigas est une espèce d'eau douce qui montre les taux de croissances les plus rapides au monde, avec des obtentions de poids allants de 150 à 200 kg en 6 ans. Pangasianodon gigas est une espèce citée dans le livre Guinness des records comme un des plus grands poissons d'eau douce au monde. Les juvéniles possèdent un fond de coloration verdâtre sur la partie supérieure du corps et la tête avec un ventre rebondi blanc et la partie inférieure jaunâtre. Une nageoire dorsale de couleur jaunâtre avec les rayons plus sombres et se terminant par une assez large pointe sombre (gris foncé, jamais noir). La nageoire adipeuse en arrière de la nageoire dorsale est proportionnellement assez développée. Le pédoncule caudal et la base de la caudale sont verdâtres à jaunâtre, le reste foncé (gris foncé, jamais noir). Enfin, les juvéniles possèdent donc également, des barbillons maxillaires et mandibulaires très développés, qui disparaîtront presque totalement à maturité.

Remarque

Pangasianodon gigas est une espèce de Pangassiidae classé en danger critique d'extinction depuis 2003 sur la liste rouge IUCN d'espèces menacées, rapportant des cheptels en diminution de plus de 80% depuis ses 15 dernières années et qui ne devrait pas évoluer pendant les 2 prochaines générations (30 ans) ; dû en grande partie à la surexploitation de l'espèce et à la perte de son habitat, dû notamment à l'envasement et au déboisement du Mékong, à la destruction planifiée des rapides dans un grand nombre de tronçons du Mékong et encore plus significativement, à l'édification croissante d'un certain nombre de barrages. Une perte d'habitat en résulte donc et commence à devenir réellement désastreuse, compromettant les itinéraires de migrations et les lieux de reproduction de ce poisson-chat géant du Mékong. Des réintroductions de spécimens élevées en captivités ont eu lieu notamment en Thaïlande, dont 10 000 spécimens depuis l'année 2 000, mais les poissons ont aussi été hybridés avec Hypophthalmus, laissant entendre qu'il est fort possible qu'un grand nombre de ses réintroductions soit un peu du n'importe quoi! Pangasianodon gigas est localisé dans une réserve de biosphère dans le lac Tonlé Sap et dans un site Ramsar au nord du Cambodge, mais même l'espèce étant interdite à la pêche et la capture, la vente et le transport, le pays et aucun des sites n'offre une réelle protection de l'espèce due faite notamment que la capture des autres espèces présentes aux lieux dits sont autorisées. La Thaïlande et le Laos limitrophes rapportent les mêmes types de schémas. Pangasianodon gigas est donc une espèce à maintenir dans les meilleures conditions possibles, en aquarium (aquarium public et musée à cause de sa taille disproportionnée) et pisciculture et aquaculture, afin de la reproduire et de la diffuser de manière exemplaire.

Statut IUCN - (RedList)

En danger critique d'extinction - (voir sur IUCN)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/12/2016

France-animaux.org vous souhaite la bienvenue !

France-animaux.org regroupe plus de 2400 espèces et taxons inférieurs classés parmi plus de 400 taxons supérieurs.