Gephyromantis marokoroko

Gephyromantis marokoroko - Hutter, Andriampenomanana, Andrianasolo, Cobb, Razafindraibe, Abraham & Lambert, 2021 - (Mantellidae) - Grenouille de Madagascar

Synonymes

  • Gephyromantis marokoroko - Hutter, Andriampenomanana, Andrianasolo, Cobb, Razafindraibe, Abraham & Lambert, 2021
  • Gephyromantis (Laurentomantis) marokoroko - Hutter, Andriampenomanana, Andrianasolo, Cobb, Razafindraibe, Abraham & Lambert, 2021
  • Gephyromantis marokoroko sp. nov.

Répartition géographique

Gephyromantis marokoroko est une espèce endémique de Madagascar (Afrique), qui ne se rencontre nulle part ailleurs. (découverte au centre-est de l'île, fragment de forêt près d'Andasibe)

Statut IUCN - (RedList)

Non évalué - (voir sur IUCN)

Voir aussi - (externe)

Abstract - (traduction google brut)

Nous décrivons une nouvelle espèce fantastique de grenouille forestière (Mantellidae : Gephyromantis : sous-genre : Laurentomantis) provenant d'altitudes modérément élevées dans les environs d'Andasibe, à Madagascar. Cette région a fait l'objet d'études approfondies et présente une diversité d'anoures remarquablement élevée, de nombreuses espèces non documentées étant encore découvertes. Étonnamment, en explorant des zones autour d'Andasibe qui manquaient d'enquêtes sur la biodiversité, nous avons découvert une espèce spectaculaire et clairement morphologiquement distincte, auparavant inconnue de la science, Gephyromantis marokoroko sp. nov., documenté pour la première fois en 2015. La nouvelle espèce est bien caractérisée par un dos très rugueux et granuleux, une peau brun foncé avec des marbrures rouge vif, de rares taches orange clair à blanches sur le ventre, des yeux rouges vifs et des glandes fémorales présentes seulement chez les mâles qui se composent de huit granules de taille moyenne. Du point de vue bioacoustique, la nouvelle espèce a un cri de publicité silencieux qui diffère des espèces apparentées par une durée de cri modérée, 2 à 4 notes fortement pulsées et un taux de répétition de note lent. De plus, il présente une différenciation substantielle dans l'ADN mitochondrial, avec des distances par paires de 7 à 9 % par rapport à toutes les autres espèces apparentées dans les séquences du marqueur d'ARNr 16S mitochondrial. Des preuves supplémentaires sont fournies par un arbre d'espèces concaténées de quatre marqueurs mitochondriaux et de quatre exons nucléaires, soutenant fortement Gephyromantis striatus en tant qu'espèce sœur de la nouvelle espèce dans les deux analyses. La découverte de cette nouvelle espèce met en évidence la nécessité de poursuivre les travaux d'inventaire dans les forêts tropicales humides de haute altitude de Madagascar, même dans des régions relativement bien étudiées.

Novataxa

Ex-situ dorsal-lateral, dorsal and ventral photographs of Gephyromantis marokoroko sp. nov. 

  • A. Male (holotype, KU 343230) and
  • B. Female (paratype, KU 343218) in life.

Novataxa

Ex-situ dorsal-lateral, dorsal and ventral photographs of

  • A. Male Gephyromantis marokoroko sp. nov. (holotype, KU 343230);
  • B. Gephyromantis striatus (Marojejy, ZCMV 15140; photographs by Mark D. Scherz); and
  • C. Gephyromantis ventrimaculatus (Ranomanfana, KU 340917).

Diagnostic

Gephyromantis marokoroko (Fig. 2) est un membre de la famille Mantellidae, sous-famille Mantellinae, tel que diagnostiqué par Glaw et Vences (2006). La nouvelle espèce peut être diagnostiquée au genre Gephyromantis morphologiquement par son dos granuleux, ses doigts modérément agrandis, l'absence de sangle du pied, la langue bifide et les petites glandes fémorales présentes uniquement chez les mâles sous la forme d'un petit nombre de gros granules (type 2 ; Glaw et al. 2000). Au sein de Gephyromantis, la nouvelle espèce peut être diagnostiquée dans le sous-genre Laurentomantis par son dos granuleux irrégulier et rugueux, son sac vocal sous-gulaire unique chez les mâles, ses métatarsiens latéraux complètement connectés, ses tubercules métatarsiens internes et externes et son tympan de la même taille chez le mâle et la femelle. ....

Distribution

Gephyromantis marokoroko est connu de plusieurs sites dans les forêts à proximité d'Andasibe, mais n'a été trouvé que sur des sites de haute altitude (~ 1000–1200 m d'altitude ; Fig. 1). La nouvelle espèce est connue dans les localités suivantes : la forêt de Vohidrazana (18,976°S, 48,499°E), Tavalobe (19,005°S, 48,461°E), Vohimana (18,926°S, 48,489°E) et le parc national Andasibe-Mantadia ( Belakato : 18,821°S, 48,439°E)

Histoire naturelle

Gephyromantis marokoroko est apparemment localement rare et, jusqu'à présent, ne se trouve que dans les forêts primaires non perturbées des hautes terres (environ 1000–1200 m). Des individus de l'espèce étaient perchés sur des surfaces végétales de moins de 50 cm de hauteur (Fig. 7). L'espèce a été rarement rencontrée, toujours après des pluies modérées à fortes, avec plusieurs individus parfois regroupés en petits groupes (~ 20 m2). L'appel de l'espèce est très calme et irrégulier et est à peine audible pour un observateur humain, même à moins de trois mètres d'un individu qui appelle. Les individus de la nouvelle espèce ont souvent été trouvés en syntopie avec un autre Laurentomantis, G. sp. Ca13, qui est une espèce candidate identifiée dans Vieites et al. (2009). D'autres Gephyromantis syntopiques comprennent G. eiselti, G. salegy, G. sp. aff. plicifer (pas encore évalué pour un numéro d'espèce candidate) et G. cornutus.

Étymologie

L'épithète spécifique marokoroko est un mot malgache signifiant « rugueux » ou « rugueux ». Le nom a été choisi pour décrire la texture de la peau rugueuse de cette espèce. Le nom doit être traité comme un nom invariable en apposition.

Date de dernière mise à jour : 03/12/2021

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

France-animaux.org vous souhaite la bienvenue !

France-animaux.org regroupe plus de 3100 espèces et taxons inférieurs classés parmi plus de 430 taxons supérieurs.